L'accord mets-vin du mois : Quel vin servi avec l'agneau de Pâques ?

Au-delà des traditions religieuses de l’agneau de Pâques, c’est un met de saison qui régalera les fins palais amateurs de viande.

 

 

L’agneau de Pâques se cuisine de différentes manières selon les préférences : l’épaule ou le gigot. Plusieurs types d’agneaux existent pour satisfaire les envies de chacun : l’agneau de lait, abattu avant 90 jours et nourri exclusivement de lait : il a une chair tendre et un goût plus léger en bouche, l’agneau blanc au goût plus élevé et enfin l’agneau gris, possédant une chair plus foncée et un goût assez fort. Pour l’accompagnement il est à votre guise en fonction de vos préférences culinaires : en croûte, à la boulangère, à la ratatouille... Le tout est de le cuisiner avec finesse pour en sublimer le goût. Voici quelques petits conseils pour un agneau réussi :

  • Ne jamais le saler pendant la cuisson, pour conserver son jus et sa tendresse
  • Le sortir du réfrigérateur au minimum 30 minutes avant d’entamer sa cuisson
  • Commencer à une haute température de manière à saisir l’agneau dès son arrivée dans le four : cela évite l’effet « lavasse » des viandes cuites progressivement
  • Finir la cuisson à une température plus douce
  • Ne pas le piquer avant de l’enfourner : cela lui ferait perdre son jus et rendrait la viande sèche
  • Ne pas insérer d’ail dans l’agneau avant la cuisson : l’ail ne cuirait pas et la viande perdrait son jus

Pour surprendre vos convives et marier avec habileté le sucré et le salé, vous pouvez ajouter des fruits comme les coings, abricots ou encore pistaches à votre préparation. Nombreuses sont les possibilités et les recettes existantes, des plus traditionnelles aux plus originales.

Enfin, pour accompagner de manière harmonieuse votre agneau de Pâques, le choix du vin est primordial. Nous vous conseillons aujourd’hui, pour les amateurs de vin rouge, de déguster votre plat avec un Pauillac. Le Pauillac est produit dans le Médoc, c’est donc un vin de Bordeaux, conçu pour la garde. Il se bonifie avec le temps, et il est même conseillé de le laisser quelques années dans votre cave avant d’en apprécier le goût subtil fruité, épicé et boisé.

Pour les amateurs de vins blancs, il est possible d’ouvrir un Condrieu, à déguster de préférence avec un agneau de lait. Ce vin à dominante fruitée et fleurie accompagnera parfaitement la douceur et tendresse de la viande. Contrairement au Pauillac, c’est un vin à boire jeune pour en apprécier toutes les qualités gustatives. C’est un grand vin, recherché, l’idéal donc pour un dîner convivial réussi. Généralement réservé aux poissons ou fromages, ce choix surprendra les connaisseurs avant de les conquérir immanquablement.

A vous de trouver la recette qui correspond à votre personnalité et de lui rendre honneur avec un des vins que nous vous proposons !

actualité publiée le 26 Mars 2015 par L'équipe Salon des Vins de France

Quelques images ...